abîme

j’avais une situation plutôt
convenable. j’étais
plus heureux que la moyenne,
du moins j’avais l’impression de l’être.

puis, lorsque les premiers problèmes
ont commencé à faire leur apparition,
ils ont eu
la fâcheuse idée de se
multiplier de façon
exponentielle.

la tristesse a commencé
à être une partie
prenante majeure de ma vie,
de mon quotidien.
tout ce que j’essayais
de faire pour palier cela
était voué à l’échec.

ma chute fut quelque
peu brutale et
les branches auxquelles
je tentais de
m’accrocher
cédaient sous le
poids de mes problèmes.

ce qui est fascinant
dans une telle
situation,
c’est qu’on se dit qu’à un moment
donné, on va bien
finir par toucher
le fond. mais,
on se trompe, c’est
dans un gouffre sans fond
qu’on chute.

lorsque la vie
nous entraîne dans ses
abîmes,
il n’y a d’autre solution
que de ne plus penser
à la chute,
mais de simplement
accepter de se laisser tomber,
de profiter du voyage
dans les fosses de Marianne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s